Carnets 22 – Safari en Tanzanie et fin du voyage

Après notre ascension du Kilimandjaro, nous partons pour la ville d’Arusha, située au pied du mont Meru à deux heures de Moshi. Le but : partir faire un safari dans les plus beaux parcs tanzaniens ! Je suis à la fois heureuse et mélancolique pendant le trajet car ce safari est la dernière chose qui me sépare de la fin de mon voyage. Cela ne m’empêche pas d’être envahie de bonheur à voir la nature et la vie tanzanienne tout autour de nous.

Arrivés à Arusha, nous tentons d’explorer la ville mais n’avons pas de chance : notre hôtel n’est pas dans une zone touristique et nous galérons à trouver un endroit où manger, sans compter les nombreux regards qui se posent sur moi (il faut dire que j’ai fait la bêtise de porter un short court)… Nous rentrons à l’hôtel pour le brief pré-safari. Cela permet aussi à JB notre respo négociation, de s’arranger avec le barman pour qu’il commande de la banana beer, que nous avons cherchée en ville en vain. Celui-ci débarque peu après avec une demi-douzaine de bouteilles de banana beer dont le goût, l’apparence trouble et les bouteilles en verre de récup montrent clairement qu’elles sont 100% artisanales, et notre dégustation s’apparente un peu à une scène de film

tumblr_inline_o4lpzbppbw1s9x8us_500

Le lendemain, départ pour le safari ! Nous faisons la connaissance de notre groupe : un couple de Sri Lankais retraités vivant en Australie et un Hollandais qui vient d’escalader le Kilimandjaro… tout seul ! Enfin, avec toute la team de porteurs et guides etc, mais il était le seul de son groupe, nous sommes à la fois admiratifs et choqués. Notre premier parc sera le parc Tarangire, le plus proche d’Arusha. J’ai déjà eu la chance de partir au Kenya en 2010 en famille, quelle joie de retrouver les chemins de terre, les jumelles, le mode vigie 360° activé, et les animaux qui vaquent à leurs occupations en faisant semblant de nous ignorer. Au Tarangire, nous verrons des éléphants (qui sont en grande nombre dans ce parc), des zèbres, trois guépards en pleine sieste, plusieurs familles de phacochères, des impalas, …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le parc Tarangire

Nous dormons dans un «lodge» à proximité du Tarangire, il s’agit globalement d’un hôtel situé dans un village sauf que nous avons une tente à la place de la chambre, avec petite douche extérieure, plutôt sympa. Le dîner est cuisiné par notre chef. Je ne m’étendrai pas sur la nourriture durant ce safari : elle a été catastrophique et je n’ai aucune envie de m’en souvenir, je garde plutôt en mémoire celle du Kilimandjaro qui était bien meilleure, et mes camarades de voyage (non véganes) partagent mon avis.

Le lendemain, nous nous dirigeons vers le parc Serengeti, un des plus grands de Tanzanie, non sans passer par le bord du cratère Ngorongoro, un ancien volcan sur lequel nous avons une vue absolument splendide mais que nous ne visiterons que le lendemain.

Vue sur le cratère Ngorongoro

Nous avons choisi de visiter un village Masai, où tout est globalement mis en scène (on s’en doutait un peu pour 10$ par personne), mais bon enfant, j’apprécie plutôt les danses traditionnelles, et on n’est pas (trop) poussé à acheter. Mais je suis plutôt dégoûtée quand je vois l’école où les enfants jouent un rôle également (ils récitent en nous regardant et non en regardant le tableau ou le professeur, une énorme boîte pour les «dons» est mise en avant à l’entrée de l’école, la date au tableau est fausse…) et cela me révolte, mais passons.

Chez les Masai

Nous partons ensuite explorer le parc et croisons des chameaux (oui oui), des gnous, des impalas, un autre guépard installé sur une colline pour surplomber le parc, et surtout des lions ! J’en avais vu quelques uns lors de mon safari au Kenya, quel plaisir de revoir les rois des animaux (même en pleine sieste !). La journée se terminera sur une rencontre avec un hippopotame, une fois n’est pas coutume, hors de l’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au parc Serengeti

Nous avons la chance de dormir en camping au coeur du parc, et de croiser un éléphant (de loin) au moment du petit déjeuner.

Une nuit au coeur du Serengeti

IMG_20180122_063441.jpg

L’éléphant du petit dej – je suis littéralement debout dans l’herbe à 20 m de lui !

C’est ensuite parti pour un «safari tôt le matin» (nous nous sommes levés à l’aube) où nous croisons plein d’animaux, des babouins aux hyènes en passant par les impalas. Ce qui me plaît le plus au Serengeti est le fait qu’il soit immense et tellement plat que cela donne une dimension surréaliste et le moindre arbre a l’air gigantesque. C’est très apaisant de voir les animaux se promener nonchalamment dans ce paysage dessiné par les dieux.

IMG_20180122_081842.jpg

IMG_20180122_074130.jpg

Au parc Serengeti

Avant de poursuivre, j’ai envie de parler du couple de Sri Lankais qui faisait partie de notre groupe pendant le safari. Ils se sont connus pendant leurs études en Angleterre, dans le cas de Madame, c’était un déchirement de vivre sans sa famille dans un pays étranger. Ils ont ensuite travaillé de nombreuses années en Angleterre avant de partir en Australie pour vivre leur retraite sous un temps un peu plus ensoleillé. J’ai adoré ce couple, qui avait l’air de retraités plutôt ordinaires, mais qui s’est avéré aussi aventuriers que nous : ils venaient d’aller voir les gorilles en Ouganda, nous ont raconté leurs voyages à Belize dans des grottes façon Indiana Jones ou dans des tribus au fin fond de l’Indonésie, toujours avec beaucoup d’humour et de bonne humeur et jamais à la manière de Monsieur Casse-pieds. Je leur suis reconnaissante d’avoir maintenu une bonne ambiance dans le groupe du safari alors que c’était plutôt galère vu que nous avons eu pas mal de difficultés.

IMG_20180123_063655.jpg

Le lever de mon dernier jour – à l’arrière plan, la paroi du cratère

Le Ngorongoro est pour notre dernier jour, qui débute par un coucher de soleil fantastique. Nous enchaînons avec une descente dans le cratère au petit matin. Nous verrons tous les animaux possibles dans le cratère, buffles, gnous (dont un combat de gnous particulièrement hilarant), zèbres, hyènes, hippopotames, …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au Ngorongoro

Mais surtout, nous ferons un tour par la forêt qui recouvre les parois du cratère, et surprise ! Nous débarquerons en plein pendant le petit déjeuner des éléphants. Un calme absolu, une cinquantaine d’éléphants tout autour de nous en train de grignoter dans les feuillages, des éléphants qui passent à un mètre de la voiture, nous regardent … Je suis toute émue. Quel bel adieu pour un voyage aussi riche en animaux sauvages !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le petit dej des éléphants

Et enfin, nous verrons, de loin, une maman rhinocéros et son petit, tout blanc. C’étaient les seuls animaux que je n’avais pas vus durant mon safari au Kenya, mon coeur fait un bond dans ma poitrine. Quelle chance nous avons eue !

Je prends la route le lendemain pour l’aéroport du Kilimandjaro, et constate avec plaisir que la mascarade de l’école masai était une exception : je n’ai jamais vus autant d’écoliers de ma vie que sur le chemin entre Arusha et l’aéroport, tous en uniforme, une belle illustration du taux de scolarisation du pays (95%) ! La suite : un vol pour Dar es Salam, un suivant pour Doha, et un dernier pour l’aéroport de Roissy. Mon voyage est terminé !

 

Ce carnet a été difficile à écrire, pour plusieurs raisons :

La mauvaise nourriture pendant quatre jours a été compliquée à gérer pour moi et mes camarades de voyage, parce que certes «on s’en fout de la nourriture» mais il y a un stade où on ne s’en fout plus.

D’autres échecs ont un peu terni notre safari mais nous avons mis cela sur le compte du fait que le guide était inexpérimenté, et avons pu obtenir un (maigre) remboursement. Mais le tout ensemble a noirci le tableau, je pense que j’aurais voulu que mon dernier souvenir de ce tour du monde extraordinaire soit différent. Je reste sur le magnifique lever de soleil et la rencontre avec les éléphants du dernier jour.

Pour ce qui est du retour de mon voyage, et de la suite des évènements, on m’a suggéré un article «après tour du monde». Je ne sais pas trop quoi dire. Lors de mon dernier vol, entre Doha et Paris, je suis passée par de nombreuses émotions, joie d’avoir accompli mon rêve, de retrouver bientôt mes proches, un peu de tristesse aussi, mais surtout j’ai ressenti un énorme vide. Ce voyage était mon projet depuis une dizaine d’années et s’est concrétisé en 2012 quand j’ai choisi mon itinéraire. Et là, il était fini, comme si rien ne s’était passé. Plus tard, en voyant des amis et en voulant évoquer un évènement ayant lieu début 2016, je disais «il y a un an ou deux», parce que les six derniers mois semblaient n’avoir été qu’une seconde dans ma vie, j’étais de retour dans mon ancienne vie, ou presque.

IMG-20171023-WA0013.jpg

Ou presque, parce que j’avais la chance de ne pas retourner à mon ancienne vie, ce qui m’aurait semblé insurmontable. Je quittais Paris pour m’installer à Nice, et ai pu être ainsi occupée à mon retour : déménagement, tour de France de mes proches (en priorité ceux qui m’avaient rejoint pendant le tour du monde car ils avaient quelques affaires pour moi ^^), revoir des personnes croisées sur ma route comme par exemple au Burning Man, ce qui m’a fait un bien fou. Mon voyage n’est pas fini, il ne tient qu’à moi de poursuivre mon aventure. Cela a commencé par acheter des billets d’avion pour le Burning Man avec un groupe d’amis, revoir les Dusty Frogs un peu partout en France, suivre mon coeur au sujet de mes choix de vie, et je ne suis pas près de m’arrêter !

IMG_20170829_194555.jpg

Je vous donne rendez-vous pour un article bilan sur ces six mois de voyage, si vous avez des questions que vous souhaiteriez me poser, n’hésitez pas dans les commentaires !

Encore merci de m’avoir suivie, je n’ai pas fini d’alimenter ce blog, et c’était (c’est) un bonheur de voir vos messages de soutien, en particulier quand je suis rentrée au pays !

Merci, thank you, gracias, mauruuru, terimakasi, khop khoen ka, jay zu bar, kopchai lalai, asante sana !

Ingrid.

Publicités

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Paul dit :

    Bravo Ingrid !

    Aimé par 1 personne

  2. Bynaandco dit :

    Bonsoir! Merci pour ce super article sur la Tanzanie. Avez vous une idée du budget pour un safari en de 2 jours ? Nous prévoyons de partir dans ce pays en Aout 2018, pour y faire un petit safari (budget oblige) et une semaine à Zanzibar. Merci d’avance 🙂

    J'aime

    1. Hello, merci pour le commentaire !
      Tout dépend du parc que vous voulez faire, il y en a des bon marché et des très chers (les 3 parcs de l’article sont les plus chers, Serengeti et Ngorongoro en tête).
      Je vous conseille le site https://www.bookallsafaris.com/ , par lequel nous sommes passés, il permet de choisir son safari en fonction du budget.

      Aimé par 1 personne

      1. Bynaandco dit :

        Super merci pour l’info !! Je vais aller checker ça de suite !! 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. n’hésite pas si tu veux plus d’infos sur les parcs dont je parle dans l’article ou le fonctionnement des safaris 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s